MES 16 CONSEILS EN CAS DE VULVODYNIE, VESTIBULODYNIE, VAGINISME ET DYSPAREUNIE

Manon Garioud

0

Vous retrouverez ci-après plusieurs conseils pour vous aider à mieux gérer et soulager vos douleurs vulvaires/vaginales.

Ces conseils sont un complément à la prise en charge médicale et pluridisciplinaire que je vous invite à faire pour ces douleurs. Retrouvez mon article ZOOM SUR LA VULVODYNIE ET LA VESTIBULITE PAR VOTRE OSTEO et sur le VAGINISME.

Médecin :

Consultez votre gynécologue pour écarter toute cause médicale, réaliser un examen gynécologique et d’autres examens supplémentaires si besoin médecins des centres antidouleurs.

L'ostéopathie

Un suivi ostéopathique peut amener à de bons résultats sur les vulvodynies et vestibulodynies. Pensez à bien choisir votre thérapeute car peu d’ostéopathes sont à l’aise et ont de bons résultats dans les douleurs pelviennes de ce type. Retrouvez ici mon article sur les douleurs vulvaires.  

Kinésithérapie et suivi avec sage-femme :

Les techniques de rééducation du périnée par méthode manuelle ou via une sonde biofeedback, pratiquées par les sages-femmes et les kinésithérapeutes pelviens, sont des traitements assez efficaces puisqu’ils apprennent à la patiente à se relâcher et reprendre possession de son périnée.

Auto-massages faits par la patiente :

Je vous laisserai questionner votre sage-femme ou votre kinésithérapeute pelvien pour avoir des conseils encore plus précis à ce sujet. Les massages en intra-vaginal permettent (selon les patientes et selon les douleurs) d’assouplir petit à petit la zone et de diminuer les douleurs. A priori, la position accroupie serait la plus facile pour masser votre vestibule ou l’intérieur de votre vagin.

Hygiène corporelle :

Choisissez un gel douche/savon adapté pour laver votre zone intime, en évitant tout produit contenant de l’alcool ou des substances irritantes.

Ne réalisez pas de douche vaginale.  Faites une unique toilette par jour, avec de l’eau tiède ou froide (selon votre préférence), avec des mouvements doux. Séchez délicatement la zone avec votre serviette après votre douche/bain.

Hygiène intime :

Evitez tout papier toilette parfumé, déodorant ou parfum intime, lingettes intimes, ou tampons. Privilégier les serviettes hygiéniques si possible en coton pur bio ou les culottes menstruelles.

Vêtements et sous-vêtements : portez des vêtements amples (pas de pantalons serrés ou de jeans), et des culottes en coton ou en microfibres (pas de string ou de dentelles). Lavez vos sous-vêtements avec des produits adaptés pour peaux sensibles si besoin.

Rapports sexuels :

Avant tout rapport, vous pouvez prendre un temps pour vous relâcher et faire de la relaxation/cohérence cardiaque auparavant.

Avant le rapport, vous pouvez appliquer une crème anesthésiante 10-15 minutes avant le rapport.

Utilisez un lubrifiant adapté (regardez la composition en évitant tout produit chimique ou conservateur si possible) pendant les rapports sexuels. Lors des rapports sexuels, n’hésitez pas à communiquer avec votre partenaire et préférez les positions où l’angle de la pénétration réduit vos douleurs.

La respiration, la communication, la patience et l’utilisation de coussin peuvent vous aider à être plus à l’aise lors des rapports. Après le rapport, urinez et rincez votre zone intime avec une eau fraiche pour calmer les douleurs/brulures. Vous pouvez également appliquer une crème ou une huile calmante après les rapports.

Le froid ou le chaud :

Le froid a une action anti-inflammatoire et anti-douleur. Lors de crise, vous pouvez tester ce conseil en appliquant doucement une poche de gel froide ou un gant frais sur votre zone intime (en externe uniquement) pour soulager vos douleurs.
Le chaud a une action myorelaxante. Je conseille mes patientes à placer une bouillotte sur leur ventre ou sur le bas ventre.

Alimentation :

C’est un élément clé lors de vulvodynies : il est essentiel d’aider votre flore vaginale pour réduire l’inflammation locale et permettre une régénérescence cellulaire locale. Privilégiez une alimentation anti-inflammatoire (éviter laitages, pain, viande rouge, sucres rapides et augmenter votre consommation de légumes verts) et des compléments spécifiques pour les vulvodynies.

A ce sujet, je travaille avec une naturopathe Christine Hustache pour faire des bilans complets adaptés aux patientes ayant une vulvodynie.

Hydratation :

Une bonne hydratation est essentielle pour respecter les besoins de votre corps et assurer une meilleure élasticité des tissus pelviens !

Le système digestif :

Une constipation est un trouble digestif qui démontre une problématique de digestion par vos intestins mais aussi potentiellement des forces de pression/tension sur la zone pelvienne, périnéale et notamment anale.

En résumé, la constipation ou tout trouble digestif chronique entraineront des tensions et hyperpressions sur votre périnée, vos organes voisins et peuvent entrainer une augmentation des vulvodynies.

La respiration : une arme clé en cas de douleur pelvienne

Un diaphragme hypertonique, une mauvaise respiration thoraco-abdominale, une mauvaise gestion des pressions thoracique, abdominale et pelvienne peuvent influer et augmenter les douleurs vulvaires.

Je vous conseille de travailler votre respiration en 4 temps (en travaillant principalement l’expiration) via des exercices de cohérence cardiaque.

L’acupuncture :

L’acupuncture peut être une thérapie très intéressante dans les douleurs pelviennes puisque cette disciplinaire peut travailler sur les fascias, le réseau vasculaire, la respiration, l’accompagnement des douleurs chroniques, les douleurs inexpliquées, les troubles gynéco-urinaires, de nombreuses physiologies corporelles, et les énergies du corps.

La sophrologie :

Pour mieux gérer le stress, la dépression, la douleur, le ressenti par rapport à la zone intime si douloureuse, mais également apprendre à respirer.

Autres thérapies :

La thérapie cognitivo-comportementale, l’hypnothérapie et un accompagnement par un psychologue ou sexologue sont souhaitables puisque les vulvodynies ont un impact fort sur le psychisme et le physique des patientes.

Pluridisciplinaire :

Je vous conseille de vous entourer d’une équipe de thérapeutes qui connaissent bien ce sujet afin de vous aider au mieux dans vos douleurs. Je travaille sur ce sujet avec :

Voici un tableau que j’ai crée en retraçant les différents produits que vous pouvez utiliser pour soulager vos douleurs vulvaires. Ce tableau n’est pas exhaustif et les noms des produits sont donnés à titre indicatif.

Attention, tout produit doit être testé au préalable pour éviter toute réaction indésirable. Si besoin, demandez conseils à votre médecin, à un pharmacien ou tout professionnel spécialisé dans le domaine.

ZOOM SUR LA VULVODYNIE ET LA VESTIBULITE PAR VOTRE OSTEO

Manon Garioud

0

ZOOM SUR LA VULVODYNIE ET LA VESTIBULITE PAR VOTRE OSTEO

Douleur intense sur vos parties intimes ? Sensation de brûlure vive ou de déchirure ?
Et si l’ostéopathie, en complément de votre suivi médical, pouvait vous aider ?

QUELQUES NOTIONS SUR LES DOULEURS VULVAIRES :

Dyspareunie : douleur apparaissant pendant ou après des rapports sexuels.

Vaginisme : contraction involontaire du muscle périvaginal amenant toute pénétration vaginale impossible (dyspareunie).

Clitorodynie : douleur située sur la zone du clitoris.
Fissures vaginales : petites déchirures de la peau situées à l’entrée du vagin, souvent apparaissant pendant ou après un rapport sexuel.

 

La Vulvodynie est une douleur chronique (plus de 6 mois) située dans la région vulvaire. Les vulvodynies peuvent être :

  • Très locales sur certaines parties de la région vulvaire comme le clitoris, la zone urétrale, le vestibule, l’entrée du vagin.
  • Ou peuvent être diffuses jusqu’à donner des douleurs dans l’ensemble du périnée

 

Les vulvodynies peuvent être primaires ou secondaires.

  • Vulvodynie primaire: les symptômes existent depuis toujours (depuis l’enfance ou l’adolescence) et sont mis en avant lors des premiers rapports sexuels ou lors d’insertion de tampons par exemple.
  • Vulvodynie secondaire : les douleurs apparaissent après plusieurs années, elles n’ont pas toujours existé.
  • Vulvodynie provoquée : les douleurs sont engendrées lors d’un contact physique sur la région vulvaire

La Vestibulite = Vestibulodynie est la forme la plus fréquente de vulvodynie. Les douleurs sont localisées sur la vulve, précisément sur le vestibule (région en forme de U, entre les petites lèvres et l’entrée du vagin.). Très souvent, le gynécologue ne trouve pas de lésion à l’examen gynécologique sur cette région et le diagnostic de vulvodynie/vestibule est donc un diagnostic fait par un « diagnostic d’exclusion ».

 

Une vestibulodynie peut être responsable d’un vaginisme par appréhension de la douleur ou diffusion des douleurs du vestibule jusque vers le vagin pendant un rapport sexuel par exemple.

S’agissant de douleurs chroniques très invalidantes, une approche pluridisciplinaire (médecins, ostéopathie, acupuncture, kinésithérapie, sage-femme…) des vulvodynies est essentielle afin d’améliorer au mieux vos douleurs.

Vulvodynies - Vestibulodynies en chiffres :

2 millions de femmes pourraient être touchées.

15% des femmes sont atteintes de douleurs périnéales et vulvaires au cours de leur vie.

Concerne la femme sexuellement active et la femme ménopausée

« Nouvelle maladie », la vestibulodynie est plus reconnue depuis 10 ans environ

VULVODYNIE : FERTILITE (?) ET HANDICAP

La vulvodynie n’est pas responsable de trouble de la fertilité à proprement parlé mais induit des complications sur la conception. Les rapports sexuels étant difficiles à réaliser, voire sont évités par les patientes. Durant le suivi ostéopathique que je propose à mes patientes ayant des vulvodynies, je prends également aussi en compte les projets de grossesse.

Dans le même sens, les vulvodynies impactant sur le physique mais également sur le moral de mes patientes, il m’est important d’être à leur écoute.

Causes :

Les différentes causes possibles de vulvodynie sont encore sujettes  à débat pour les médecins et spécialistes gynécologiques. La vulvodynie serait due à une « hypersensibilité », une douleur neurogène ayant une origine centrale ou périphérique.

Les causes principales de vulvodynie seraient :

  • Contracture musculaire causant une atteinte des nerfs de la zone périnéale
  • Névralgie pudendale, syndrome myofascial, déséquilibre neurovégétatif…
  • Trouble hormonal : règles, changement de pilule, pilule prise sur une longue période, ménopause
  • Prise de médicaments ou de produits locaux : antibiothérapie locale ou générale, gels douche vaginaux, savons parfumés
  • Terrain gynécologique : vaginite à répétition par candidose ou mycose ou herpès, IVG, accouchement, épisiotomie, avortement, intervention chirurgicale sur le périnée
  • Physiques/traumatiques : orgasme intense, premier rapport sexuel, rapport sexuel plus « violent », utilisation d’objet en intravaginal, choc direct sur la zone (vélo, équitation, chute)
  • Psychologiques : dépression, choc émotionnel, rupture sentimentale, deuil, changement de partenaire sexuel
  • Autres syndromes douloureux : lombalgie chronique, colopathie, constipation chronique, migraine, fibromyalgie, cystite interstitielle, bruxisme ….
  • A priori, les abus et violences sexuels ne sont plus admis comme causes possibles de vulvodynies. Je préfère ne pas les écarter néanmoins lors de la prise en charge de mes patientes.
Signes :

Localisation organes externes féminins (vestibule), et/ou en intra-vaginal;

Sensation d’échauffement, d’irritation, de brûlure, de vive coupure, de décharge, d’objet interne, de lame de rasoir;

Intensité de faible à très intense;

Horaires : apparition de manière spontanée, épisodique (seulement au contact/frottement) ou de manière constante et continue;

Parfois les douleurs sont entrecoupées de périodes de rémission;

Douleur locale ou au contraire qui diffuse dans toute la région pelvi-périnéale;

Dyspareunie (douleurs lors d’une pénétration) est associée très souvent;

Douleurs insupportables lors d’un contact sur le zone, lors de l’introduction de tout corps étranger dans le vagin (doigt, tampon périodique, etc.)., pendant un rapport sexuel, lors d’une position assise prolongée, en croisant les jambes…;

Impossibilité de porter des sous-vêtements et des vêtements serrés;

L’examen gynécologique est très douloureux, voire insupportable voire non faisable (introduction spéculum impossible) selon les patientes;

Anxiété, peur, dépression face à cette douleur intense, inconnue et mal comprise;

Sensation de culpabilité, d’impuissance, d’être faible ou inutile;

Tensions dans le couple, baisse de libido, frustration sexuelle et sentiment de honte et de blâme;

Désir de grossesse remis en doute, voire désespoir de tomber enceinte.

JE PENSE AVOIR UNE VULVODYNIE, QUE DOIS-JE FAIRE ?

JE PENSE AVOIR UNE VULVODYNIE, QUE DOIS-JE FAIRE ?

1) Consulter votre gynécologue afin de réaliser un examen gynécologique et d’autres examens supplémentaires si besoin (échographie, examen sanguin).

Le diagnostic de vulvodynie se fera sur l’examen clinique qu’un spécialiste (gynécologue, dermatologue, sage-femme…) pourra réaliser (si besoin : Annuaire des Clés de Vénus).

Le Test du coton-tige ou « test du Q-tip » est le test de référence pour confirmer une vestibulodynie, en appliquant le coton-tige sur le vestibule recréant la douleur immédiatement ce qui révèle un test positif. En dehors de ce test, l’examen gynécologique se révèlera bien souvent tout à fait normal. Un prélèvement bactériologique peut être réalisé pour éliminer toute hypothèse d’infection gynécologique.

Dr Prunaret-julien (gynécologue), Dr Ronger salve (dermatologue) et Sophie Rochet (médecin, psychothérapeute et sexologue) à Lyon.

 

2) Il n’existe pas de traitement unique pour les vulvodynies, votre gynécologique spécialiste pourra vous présenter différents traitements pouvant soulager vos douleurs. L’efficacité du traitement dépendrait de la prise en charge médicale, de la compréhension de l’aspect psychologique de ces douleurs, de l’implication de la patiente. Plus la pathologie sera prise en charge rapidement et de manière efficace, plus les possibilités de soulagement et de guérison se multiplient.

    • Crèmes hydratantes : pour prévenir et cicatriser les fissures vaginales, permettre une hydratation locale et un assouplissement des tissus. Sélectionnez des crèmes hydratantes sans parfum et avec le moins d’ingrédients possibles (sinon risque de brûlure ou de douleur)
    • Les crèmes à base d’œstrogènes pour les sécheresses vaginales permettent de réhydrater la muqueuse vaginale.
    • Les gels ou crèmes anesthésiantes peuvent être utilisés soit avant/après les rapports pour calmer la douleur, ou bien en traitement de fond pour désensibiliser la zone douloureuse notamment lors des exercices.
    • Différents traitements médicamenteux sont possibles et seront adaptés selon la patiente si nécessaire : antifongique, antibiotiques, anti inflammatoires, antalgiques, anxiolytiques…
    • Les injections locales d’anesthésiques (lidocaïne) ou de corticoïdes directement dans la zone enflammée en cas d’échec des premières thérapeutiques.
    • A ces traitements, je vous conseille de suivre un traitement permettant de maintenir et restaurer une flore vaginale et intestinale correctes.

3) La vestibulectomie, acte chirurgical, n’est nullement une solution miracle et sera proposée par votre médecin que si l’ensemble des autres traitements ont été un échec. L’acte chirurgical, le rapport bénéfice/risque de l’opération, le temps de cicatrisation, les conséquences psychologiques sont des paramètres que la patiente devra prendre en compte avec les médecins. Le taux de réussite de cette intervention n’est pas très bien cerné, mais les résultats vont de « soulagement » à « rémission totale » en passant par « aggravation des symptômes », d’autant plus en France où cette opération chirurgicale est de plus en plus délaissée à la place de d’autres opérations peut être plus efficaces.

4) Une prise en charge multidisciplinaire alliant plusieurs spécialistes (sage-femme, kinésithérapeute, ostéopathe) permet d’obtenir une prise en charge plus complète de vos douleurs.

hand-love

JE SUIS UNE OSTEOPATHE SPECIALISEE DANS LES DOULEURS PELVIENNES DONT LES VULVODYNIES ET VESTIBULODYNIES :

Le périnée, ce fameux petit hamac musculaire, est le support de vos organes, de vos pressions, de votre histoire !

Il peut donc accumuler de nombreuses tensions dans le temps : accouchement, chute sur les fesses, se retenir d’aller aux toilettes plusieurs heures, constipations chroniques, hémorroïdes…

Lors de vulvodynies avec des causes médicales retrouvées (infection gynécologique, kyste ovarien…), l’ostéopathie ne pourra vous aider en première action : je vous invite à consulter un médecin.

Lors de vulvodynies avec une origine psycho-émotionnelle, l’ostéopathie peut vous aider à mieux gérer vos émotions pour réduire les réactions psycho-somatiques corporelles, vous aider à mieux respirer et vous apprendre à vous réapproprier votre corps.

En cas d’infection chronique comme une cystite chronique, l’ostéopathie ne traitera pas l’infection en elle-même mais s’occupera de prévenir une possible énième crise.

En tant qu’ostéopathe spécialisée en douleurs pelvi-périnéales, je suis amenée à recevoir au cabinet de nombreuses patientes atteintes de vulvodynie, vestibulodynie, de vaginisme et de dyspareunie. Lorsqu’une patiente arrive au cabinet pour un tel motif, il m’est primordial d’écouter son parcours de soin (souvent très long), sa plainte, son historique, les causes possibles de ses douleurs et la spécificité de ses douleurs.

Le but est que je puisse comprendre précisément ses douleurs et pouvoir lui proposer un protocole de suivi ostéopathique adapté. J’ai expliqué à la patiente comment je travaille, comment se dérouleront les séances, et quels objectifs nous pouvons  fixer ensemble.

 

Dans protocole de traitement ostéopathique de vulvodynie/vestibulite, je réalise :

  • Un travail des liens biomécaniques en rapport avec votre zone pelvienne comme les lombaires, votre rachis, le sacrum, le coccyx, les iliums, la symphyse pubienne, les coxo-fémorales… S’il existe un manque de mobilité au niveau de vos lombaires, vous pouvez avoir un déséquilibre du bassin et avoir des tensions sur l’ensemble d’un coté de votre zone pelvienne par exemple. Il est essentiel de libérer les dysfonctions ostéo-articulaires et myofasciales retrouvées sur la zone pelvi-périnéale.
  • Un travail de la zone vaginale, de la zone utérine et des organes voisins: agir sur les organes du petit bassin permet au vagin et à l’utérus d’avoir une meilleure « mobilité », une meilleure détente et de se retrouver dans un contexte viscéro-musculo-squelettique plus équilibré.
  • Un travail des moyens d’attache de votre utérus : travailler les ligaments pelviens comme les ligaments utéro-sacrés via la mobilité sacrée ou le travail des organes du petit bassin, permet d’améliorer la mobilité localement et rendre une meilleure « élasticité » aux tissus.
  • Un travail tissulaire des zones avec des pertes de mobilité, des sensations de « fixations » des tissus ou organes du pelvis pouvant affecter les axes de mouvement physiologiques du vagin et/ou utérus.
  • Un travail digestif: si votre sphère digestive est soumise à des tensions ou des troubles, vous risquez d’avoir un mauvais équilibre entre votre caisson abdominal et votre caisson gynéco-uro-anal.
  • Un travail neurologique: la zone pelvienne est soumise à de nombreux capteurs sensoriels (sensation chaud/froid, orgasme…), neurovégétatifs et neurologiques (nerf pudendal, nerf clunéal, plexus sacré…).
  • Un travail vasculaire: la sphère gynécologique a besoin d’un bon apport vasculaire afin d’assurer toutes les fonctions viscéro-gynéco-uro-fécales.
  • Un travail psycho-somatique pour diminuer les symptômes de dyspareunie et d’atténuer vos réactions corporelles tout en vous reconnectant avec votre corps.
  • Un travail de la respiration via le diaphragme pour permettre une meilleure coordination entre le caisson abdominal et le caisson pelvien.

 

Je réalise au départ un suivi ostéopathique comportant 3 séances ostéopathiques pour mettre en place un protocole adapté à votre vulvodynie, votre historique et vos douleurs. Dès la première séance ostéopathique, il est possible de sentir une amélioration de vos douleurs, amélioration qui devrait continuer à se renforcer au cours des séances suivantes.

BON A SAVOIR :

ostéopathe 6

PLURIDISCIPLINAIRE

PLURIDISCIPLINAIRE

Les vulvodynies étant mal connues, il est souvent difficile de trouver des praticiens spécialistes de ces maladies.

La nature multifactorielle de ces douleurs entraîne la nécessité d’un suivi interdisciplinaire pour prendre en compte chaque paramètre de la vulvodynie et de son impact sur les patientes.

Je vous conseille de vous entourer d’une équipe de thérapeutes qui connaissent bien ce sujet afin de vous aider au mieux dans vos douleurs. Je travaille sur ce sujet avec :

Atonama B
Atonama B
2020-11-21
Avis vérifié
Manon Garioud m'a permis de me soulager de mes douleurs pelviennes dues à l endometriose en quelques séances. Spécialisé sur le sujet, elle utilise des méthodes douces et efficaces et apporte des conseils multiples pour soulager rapidement les douleurs.
Juliette H
Juliette H
2020-11-01
Avis vérifié
Alicia Lbd
Alicia Lbd
2020-10-12
Avis vérifié
je suis venue consulter pour un problème de mâchoire, je recommande vivement Manon Garioud, elle est très professionnelle, efficace et à l'écoute
Anne Darsau
Anne Darsau
2020-10-07
Avis vérifié
Un professionnalisme hors pair, une écoute incroyable, Mme Garioud est une excellente ostéopathe, d'un naturel rassurant, d'une extrême douceur, allez y les yeux fermés ! Je recommande au delà des 5 étoiles !
Melouka Melouk
Melouka Melouk
2020-10-07
Avis vérifié
Très bonne professionnelle. Je la recommande chaudement. Pédagogue, efficace et sympa. J'ai suivi ses conseils pour le quotidien et je constate de vrais améliorations.
Clémence De Freitas
Clémence De Freitas
2020-09-22
Avis vérifié
Après avoir fais plusieurs osteopathe elle est de loin la meilleure de toute très gentille et prend le temps necessaire , je souffrais énormément de la mâchoire depuis 10 ans , en 2 séances les résultats sont surprenants, je la recommande vivement.
Cec N
Cec N
2020-09-22
Avis vérifié
Excellente adresse !! Des soins spécifiques dans des spécialités rares dans la profession, bref, des mains en or et en prime des conseils pour le quotidien ! Toujours à l'heure, cette thérapeute assure en plus le suivi de consultation par mail avec rappel des conseils et exercices utiles pour continuer de progresser à la maison.... Je recommande !!
Camille Simaniva
Camille Simaniva
2020-09-06
Avis vérifié
Manon Garioud est la première personne à avoir su déceler certains dysfonctionnements qui me causait des douleurs pelviennes chroniques avec pollakiurie depuis 3 ans. Sans porter aucun jugement elle a su prendre le temps de m’écouter et de m’expliquer chaque points que nous allions travailler. Grâce à toutes ses compétences j’arrive enfin pour la première fois à retrouver une << vie normale>>. C’est une véritable professionnelle.
Maëlle Massimo
Maëlle Massimo
2020-08-24
Avis vérifié
Je consulte Manon depuis plusieurs années et à chaque fois le même bien-être en sortant de la séance et ceci pendant plusieurs semaines ensuite
Réjane Gaonac'h
Réjane Gaonac'h
2020-08-18
Avis vérifié

AUTRES ARTICLES

AUTRES ARTICLES

MES 14 CONSEILS POUR MIEUX VIVRE LA MENOPAUSE
COMMENT MIEUX VIVRE SA MENOPAUSE AVEC L’OSTEOPATHIE ?
MES 9 CONSEILS LORS DE TROUBLES DE FERTILITE
MES 16 CONSEILS EN CAS DE VULVODYNIE, VESTIBULODYNIE, VAGINISME ET DYSPAREUNIE
COCCYGODYNIE, DOULEUR AU COCCYX, QUE FAIT MON OSTEOPATHE POUR M’AIDER ?
RAPPORTS SEXUELS DOULOUREUX : QUE FAIT L’OSTEOPATHIE LORS DE DYSPAREUNIES ?

LA PRISE EN CHARGE OSTEOPATHIQUE DE LA NEVRALGIE CERVICO-BRACHIALE (NCB)

Manon Garioud

0

LA PRISE EN CHARGE OSTEOPATHIQUE DE LA NEVRALGIE CERVICO-BRACHIALE (NCB)

Fourmillement dans la main ? Sensation de sciatique dans le bras ? Difficulté à dormir sur votre bras la nuit ?
Avez-vous une NCB ?

DÉFINITION

Le mot “Névralgie” correspond à une douleur sur le territoire d’un nerf.

La névralgie cervico-brachiale (NCB) peut ressembler à une “sciatique du bras”.

Cette douleur neurologique radiculaire est due à une irritation ou une compression de la racine d’un nerf qui est situé vers les vertèbres cervicales.

Bien souvent, la NCB débute dans le cou, diffuse dans l’épaule et irradie dans le bras/avant-bras/voire la main.

En majorité, cette douleur irradiante est unilatérale et concerne les racines nerveuses cervicales basses C5 C6 C7 C8.

Retrouvée à tout âge, la névralgie cervico-brachiale est un motif de consultation très courant en cabinet médical, rhumatologique et ostéopathique.

La majorité des névralgies cervico-brachiales sont transitoires et disparaissent sans laisser de séquelle neurologique.

Mais quand celle-ci perdure, demandez à votre ostéopathe une investigation plus poussée, il pourrait potentiellement vous soulager !

Chiffres sur la Névralgie cervico-brachiale

Concerne 15% des français

Population majoritaire de NCB : personnes de plus de 50 ans ou jeunes adultes

5 fois plus rare que la sciatique

Représente un grand pourcentage des troubles musculo-squelettiques professionnels

QUELQUES NOTIONS D’ANATOMIE POUR Y VOIR PLUS CLAIR

Le plexus brachial correspond à la réunion de plusieurs racines nerveuses partant du cou et qui se divisent pour innerver différentes zones du bras/avant-bras et de la main. Ces racines décrivent des zones très précises :

  • Racine nerveuse C5 : face externe du bras sans dépasser le coude ;
  • Racine nerveuse C6 : face externe de l’épaule, du bras et de l’avant-bras, pouce et index ;
  • Racine nerveuse C7 : épaule, partie médiane du bras et de l’avant-bras, médius ;
  • Racine nerveuse C8 : partie interne du bras, de l’avant-bras, 4° et 5° doigts.

Vous comprenez aisément pourquoi les névralgies cervico-brachiales sont parfois difficiles à bien diagnostiquer et les nombreux tableaux cliniques qui la composent par ces origines nerveuses multiples.

Causes :
  • Atteintes anatomiques : arthrose, hernie discale, tumeur bénigne ou maligne, canal cervical étroit… ;
  • Post-traumatismes : fracture/entorse/luxation vertébrales, traumatisme direct sur la région cervicale/épaule ;
  • Pathologies neurologiques : syringomyélie, neurinome, spondylolisthésis cervical ;
  • Blocage articulaire mécanique : la racine nerveuse ou le plexus brachial peuvent se retrouver comprimés par une vertèbre et le disque intervertébral ;
  • Manque de mobilité d’une clavicule ou de côtes (surtout K1) pouvant faire pression sur la zone ;
  • Côte surnuméraire faisant une pression sur le plexus cervico-brachial ;
  • Contracture musculaire (muscles scalènes impliqués dans le syndrome du défilé thoracique ou pectoraux) peuvent développer un syndrome tronculaire comprimant les nerfs cervicaux ;
  • Une restriction de la qualité tissulaire au niveau des fasciae (fasciae du membre supérieure, fascia du cou…) qui amène à une tension et une hypovascularisation de la zone de manière chronique ;
  • Sursollicitation sur la zone cervico-brachiale par des mouvements répétitifs ou le port répété de charges lourdes.
Signes :

Douleur cervicale associée à des douleurs sur le trajet de la racine du/des nerf(s) concerné(s) allant dans le bras/avant-bras/main ;

Sensation de fourmillement, d’engourdissement, de décharge électrique, de brûlure, de picotement dans le membre supérieur (paresthésies) ;

Douleur unilatérale ou bilatérale ;

Douleur souvent mécanique : elle est recréée aux mouvements, à l’effort, à la toux, aux mouvements cervicaux ou de bras;

Douleur souvent diminuée ou disparait au repos ;

La douleur apparait rarement la nuit (sauf si le patient dort sur le bras douloureux)

La douleur apparait rarement la nuit (sauf si le patient dort sur le bras douloureux)

Diminution ou abolition de la sensibilité sur le dermatome en lien avec la racine nerveuse incriminée ;

Diminution ou abolition de la force sur le territoire moteur en lien avec la racine nerveuse incriminée ;

Diminution ou abolition du réflexe ostéo-tendineux en lien avec la racine nerveuse incriminée ;

Contraction involontaire des muscles du bras (biceps, triceps…) ;

Raideur de nuque et/ou torticolis à répétition ;

Parfois la douleur irradie à l’arrière du dos par accumulation de compensations et de tensions musculaires localement et à distance ;

Sensation de respiration moins ample ou de serrage dans la poitrine (attention, toute piste cardio-vasculaire/pulmonaire doit être investiguée par votre médecin !) ;

Troubles vasculaires par compression (syndrome de Raynaud, syndrome ischémique du membre supérieur) ;

Fatigue chronique : les positions pour dormir sont plus compliquées, le sommeil est désorganisé et est moins récupérateur ;

Vertiges et maux de tête chroniques.

PRISE EN CHARGE MÉDICALE ET CONSEILS

PRISE EN CHARGE MÉDICALE ET CONSEILS

Le diagnostic de la NCB repose sur un interrogatoire précis et des tests effectués (sensitifs, moteurs et reflexes) par votre médecin.

Des examens complémentaires peuvent être prescrits par celui-ci comme des radiographies (face, profil, trois quarts afin d’analyser les foramens) ou dans un second temps un scanner ou une IRM pour rechercher une éventuelle hernie discale par exemple.

La plupart du temps, il n’y a pas besoin d’opération pour vous soulager de votre NCB. Votre médecin vous prescrira peut-être des anti-inflammatoires ou des antalgiques et vous indiquera de la kinésithérapie ou de l’ostéopathie.

hand-love

L'Ostéopathie pour aider votre corps

En tant qu’ostéopathe, lors d’une névralgie cervico-brachiale, je peux être amenée à faire des tests orthopédiques pour déterminer l’origine de cette douleur et le type de structure en cause potentiellement.

En cas de doute, je serai amenée à vous orienter auprès de votre médecin pour un diagnostic, une prescription et des examens supplémentaires.

Si vous possédez déjà des examens, pensez à bien les emmener pour que je puisse les lire lors de la séance ostéopathique.

Lors d’une NCB, l’ostéopathe recherche toute dysfonction pouvant entretenir ou causer cette douleur.

Tout en ayant ôter les dysfonctions mécaniques au niveau des cervicales, je vérifie d’autres zones de votre corps comme le crâne, la mâchoire, le rachis, les côtes, les clavicules, les épaules, la cage thoracique. Tout ceci afin d’harmoniser l’ensemble de votre corps.

Les techniques ostéopathiques employées seront adaptées au patient et à sa NCB.

Pour commencer, je vous proposerai d’effectuer 1 séance ostéopathique pour déblayer les dysfonctions primaires pouvant être à l’origine de la NCB. Selon les résultats de la séance 1, soit le suivi ostéopathique se poursuivra si vous ressentez encore une gêne, soit il sera fini si vous ne ressentez plus rien.

Afin d’optimiser le traitement ostéopathique effectué, je vous donnerai surement des conseils en fin de séance pour continuer à prévenir tout récidive de NCB.

PLURIDISCIPLINAIRE

PLURIDISCIPLINAIRE

L’ostéopathie peut très souvent soulager complètement un patient ayant une NCB.
Cependant, la prise en charge de la NCB ne repose pas uniquement sur une prise en charge ostéopathique. C’est une prise en charge pluridisciplinaire : l’ostéopathe pourra également réorienter le patient vers d’autres spécialistes si nécessaire :

CONSEILS POUR VOTRE NCB :

  • Faites un bilan avec votre médecin afin d’évaluer la gravité de la névralgie cervico-brachiale, de juger de l’opportunité de réaliser des examens complémentaires ;
  • Commencez un suivi ostéopathique pour diminuer la douleur et augmenter votre mobilité ;
  • Continuez les étirements et conseils préconisés par votre ostéopathe ;
  • Ne faites pas craquer vos cervicales à répétition, notamment en rotation cervicale forcée ;
  • Evitez tout surmenage par des mouvements répétitifs de cou et/ou de bras, ainsi que des mauvais positionnements ;
  • Optimisez votre ergonomie au travail afin de ne pas vous retrouver avec des cervicales tendues, des épaules trop hautes ou des bras trop tendus vers l’avant ;
  • Privilégiez un bon oreiller pour aider vos cervicales à bien récupérer la nuit, et éviter de dormir sur le bras douloureux ;
  • Lors de crise très aigüe, le port de minerve sera bénéfique mais en port non prolongé (!) pour vous soulager au maximum jusqu’à votre prochaine consultation ostéopathique. Ce port ne doit pas être systématique et de trop longue durée car il risque d’inflammer la zone, réduire la mobilité cervicale, provoquer une perte musculaire et augmenter le problème/la douleur ;
  • Travaillez votre respiration pour améliorer votre amplitude thoracique et diminuer la tension des scalènes (muscles respiratoires accessoires) ;
  • Demandez à votre kinésithérapeute si un renforcement musculaire est nécessaire ou non ;
  • Sports à éviter pouvant trop solliciter les zones de NCB : la piscine (avec la brasse coulée contraignante pour les cervicales) ou les sports de contact (rugby)/arts martiaux/sports de combats, ou les sports asymétriques (badminton, tennis…) ;
  • Reprenez une alimentation plus équilibrée et ciblée sur les oméga 3 et les légumes tout en évitant le sucre, les excitants, les viandes rouges et les produits laitiers ;
  • Quelques huiles essentielles intéressantes lors de cas de névralgie cervico-brachiale (demandez obligatoirement l’avis de votre médecin ou d’un professionnel avant de les utiliser car des effets indésirables peuvent exister) : Menthe poivrée, Camomille romaine, Eucalyptus citronnée, Millepertuis, Arnica montana. Vous pouvez mélanger quelques gouttes d’une huile essentielle à une huile neutre (sésame ou jojoba) et masser la zone douloureuse.
Atonama B
Atonama B
2020-11-21
Avis vérifié
Manon Garioud m'a permis de me soulager de mes douleurs pelviennes dues à l endometriose en quelques séances. Spécialisé sur le sujet, elle utilise des méthodes douces et efficaces et apporte des conseils multiples pour soulager rapidement les douleurs.
Juliette H
Juliette H
2020-11-01
Avis vérifié
Alicia Lbd
Alicia Lbd
2020-10-12
Avis vérifié
je suis venue consulter pour un problème de mâchoire, je recommande vivement Manon Garioud, elle est très professionnelle, efficace et à l'écoute
Anne Darsau
Anne Darsau
2020-10-07
Avis vérifié
Un professionnalisme hors pair, une écoute incroyable, Mme Garioud est une excellente ostéopathe, d'un naturel rassurant, d'une extrême douceur, allez y les yeux fermés ! Je recommande au delà des 5 étoiles !
Melouka Melouk
Melouka Melouk
2020-10-07
Avis vérifié
Très bonne professionnelle. Je la recommande chaudement. Pédagogue, efficace et sympa. J'ai suivi ses conseils pour le quotidien et je constate de vrais améliorations.
Clémence De Freitas
Clémence De Freitas
2020-09-22
Avis vérifié
Après avoir fais plusieurs osteopathe elle est de loin la meilleure de toute très gentille et prend le temps necessaire , je souffrais énormément de la mâchoire depuis 10 ans , en 2 séances les résultats sont surprenants, je la recommande vivement.
Cec N
Cec N
2020-09-22
Avis vérifié
Excellente adresse !! Des soins spécifiques dans des spécialités rares dans la profession, bref, des mains en or et en prime des conseils pour le quotidien ! Toujours à l'heure, cette thérapeute assure en plus le suivi de consultation par mail avec rappel des conseils et exercices utiles pour continuer de progresser à la maison.... Je recommande !!
Camille Simaniva
Camille Simaniva
2020-09-06
Avis vérifié
Manon Garioud est la première personne à avoir su déceler certains dysfonctionnements qui me causait des douleurs pelviennes chroniques avec pollakiurie depuis 3 ans. Sans porter aucun jugement elle a su prendre le temps de m’écouter et de m’expliquer chaque points que nous allions travailler. Grâce à toutes ses compétences j’arrive enfin pour la première fois à retrouver une << vie normale>>. C’est une véritable professionnelle.
Maëlle Massimo
Maëlle Massimo
2020-08-24
Avis vérifié
Je consulte Manon depuis plusieurs années et à chaque fois le même bien-être en sortant de la séance et ceci pendant plusieurs semaines ensuite
Réjane Gaonac'h
Réjane Gaonac'h
2020-08-18
Avis vérifié

AUTRES ARTICLES

AUTRES ARTICLES

MES 14 CONSEILS POUR MIEUX VIVRE LA MENOPAUSE
COMMENT MIEUX VIVRE SA MENOPAUSE AVEC L’OSTEOPATHIE ?
MES 18 CONSEILS POUR VOTRE FIBROMYALGIE
LA PRISE EN CHARGE OSTEOPATHIQUE DE LA FIBROMYALGIE
MES 15 CONSEILS POUR VOTRE MAL DE DOS
DOULEURS DE DOS : POURQUOI ET QUAND VOIR UN OSTEOPATHE ?

FICHE CONSEILS POUR VOTRE ENDOMETRIOSE

Manon Garioud

0

Retrouvez de multiples conseils pour votre endométriose, issus de mes formations ostéopathiques, des conseils de patientes et de lectures !

Médical

Il est primordial que vous consultiez votre médecin et/ou un urologue pour faire le point sur vos troubles urinaires, établir un diagnostic, et mettre en place une prise en charge adaptée.

Des Médecins spécialisés dans l’endométriose

Sur Lyon  :

Gynécologues spécialisés : Dr Simon Ducoulombier (avec qui je travaille en pluridisciplinaire), Dr Béatrice Cuzin (avec qui je travaille en pluridisciplinaire), Dr Gil Dubernard, Dr Francois Golfier, Dr Muriel Doret-Dion.

Sur Paris : Dr Delphine Lhuillery (spécialiste de la douleur), Dr Eric Sauvant (médecin spécialisé) et Dr Erick Petit (spécialisé en imagerie médicale).

L'ostéopathie

Le suivi ostéopathique sur l’endométriose consiste à redonner de la mobilité à votre corps, votre bassin, de la qualité tissulaire à vos organes afin de diminuer l’inflammation chronique régnante.

En parler

Ne restez pas isolée dans cette pathologie : parlez de la maladie si vous en ressentez le besoin (conjoint(e), proches, médecins, ostéopathe, psychologue, sophrologue, sexothérapeute…) et entrez en contact avec des professionnels.

 L’association Endofrance pourra vous aider.

Autres associations : EndoMind, Ensemble contre l’endométriose, Info Endométriose, Mon Endo ma souffrance.

Accepter la douleur, pour mieux la gérer et vous relaxer

La femme ne se définit ni par son utérus, ni par son bassin ni par sa sexualité. L’endométriose ne vous définit pas, même si celle-ci a pris une place dans votre vie par des douleurs chroniques. Vous relaxer vous permettra de vous redéfinir corporellement en acceptant à nouveau cette zone, vous calmer, retrouver une respiration physiologique et baisse votre seuil de douleur. Vous pouvez y parvenir à travers : le yoga, la méditation, le mindfullness, l’hypnothérapie, la sophrologie…

Les activités créatrices comme la peinture, la couture, le chant permettent de libérer votre cerveau de la douleur, d’exprimer vos émotions et vous défouler !

Restez active !

Quand les douleurs deviennent quotidiennes, il est difficile de conserver une activité physique vu que vous avez souvent une fatigue chronique. Cependant, le sport permet de conserver et augmenter votre mobilité, relancer le drainage vasculaire et relancer la physiologie de votre corps. Vous pouvez vous concentrer sur : natation, yoga, running, gymnastique, shiatsu, tai-chi, marche nordique…).

Alimentation, je privilégie :

Une alimentation alcanalisante pour s’opposer à l’acidité tissulaire de l’endométriose. Privilégiez les omega 3 (augmente la qualité tissulaire) des noix, huile de lin ou de colza, les poisons gras (sardine, maqueraeau…). Les fruits rouges ou les legumes verts sont riches en anti-oxydants. Les légumineuses (haricots, lentilles, pois chiches…) riches en proteins végétales et les épices (curcuma et cannelle) sont des anti-inflammatoires naturels.

Un petit plus :

Certaines de mes patientes ont essayé aussi une approche avec des compléments alimentaires spécifiques sur l’endométriose comme l’”Endomenat” du laboratoire COPMED. Auparavant, il faut qu’un professionnel médical puisse vous renseigner pour avoir la bonne posologie et éviter des effets indésirables.

 

Tisanes contre l’inflammation de l’utérus : feuilles de framboisiers, alchémille, sauge, cannelle, fenouil, menthe, ortie.

En phytothérapie : huile de bourrache, huile d’onagre.

Alimentation, j’évite :

Les épices forts.

Les oméga6 (précurseurs d’inflammation)

Les phytooestrogènes (soja, lin…)

Les perturbateurs endocriniens (dioxine-TCDD, biphényles polychlorés–PC, métaux lourds) présents dans les produits cosmétiques, les produits ménagers. Pensez à filtrer votre eau, aérer votre intérieur, et bien choisir vos cosmétiques.

La junk-food, le sucre raffiné (augmentant les inflammations et les douleurs chroniques), les sodas, la charcuterie, les produits laitiers, le gluten (pouvant créer une inflammation des intestins)…

Je suis connectée !

Pour les suivis ostéopathiques et afin de mieux connaitre vos douleurs, utilisez l’application téléphonique Maya® afin de tracer l’historique de vos douleurs (que vous ayez vos règles ou non). Via ces données, il ressurgira des informations complémentaires à votre historique médical et vous pourrez voir les effets des séances ostéopathiques dans le temps.

Pluridisciplinaire

Je travaille avec des professionnels spécialisés dans l’endométriose afin de proposer une prise en charge de qualité sur cette pathologie, et ce, sur différentes approches complémentaires :

Pour aller plus loin :

Si ce n’est pas déjà fait, je vous invite à consulter mon article sur l’Endométriose et sa prise en charge ostéopathique.

L’ ENDOMETRIOSE ET LA PRISE EN CHARGE OSTEOPATHIQUE

Manon Garioud

0

L’ ENDOMETRIOSE ET LA PRISE EN CHARGE OSTEOPATHIQUE

Mieux vivre l’endométriose c’est possible.
Et si c’était avec le suivi d’une ostéopathe spécialisée ?

DÉFINITION

L’endométriose est une maladie chronique, caractérisée où la muqueuse utérine (endomètre) va se multiplier en dehors de la cavité utérine.

Ces nodules endométriosiques entrainent des saignements lors des règles, mais aussi des douleur car les tissus subissent une inflammation locale.

L’hypothèse la plus classique sur la physiologie de l’endométriose repose sur l’implantation de cellules endométriales par un reflux de sang menstruel qui remonteraient dans les trompes et s’immisceraient dans d’autres organes.

La prolifération de l’endométriose peut être comparée à la multiplication des tumeurs dans le corps humain : les infiltrats se forment sur divers endroits, de manière anarchique.

Cette pathologie n’est pas nouvelle : elle a toujours existé et ce depuis l’Antiquité mais devient aujourd’hui de plus en plus reconnue.

Population touchée par cette maladie : les adolescentes ou femmes nullipares entre 25-45 ans souvent avec passé gynécologique opératoire/règles précoces et/ou douloureuses. L’endométriose régresse vers l’âge de 40 à 45 ans et disparaît à la ménopause ou en cas d’ablation de l’utérus et des ovaires.

Sites d’atteinte endométriosique :  cavité péritonéale, ovaires, col utérin, trompes, ligaments, du vagin, organes digestifs (vessie, rectum, colon, rein, poumon…), tissus sous cutanés;  en somme presque dans tout le corps humain (seule la rate en serait épargnée).

L'endométriose en France

1 femme sur 10 en âge de procréer est touchée par cette maladie soit 2 millions de françaises

40% des femmes endométriosiques ont des douleurs chroniques lors des règles

30 % à 40 % des femmes atteintes d’endométriose connaissent des problèmes de fertilité

7-9 ans de retard entre les premiers symptômes et la pose d’un diagnostic

Attention :

Si vous pensez être atteinte d’endométriose ou que vous avez certains symptômes y faisant penser, je vous conseille d’en parler avec votre médecin traitant et votre gynécologue afin de faire le point et faire de plus amples examens.

A savoir, il existe un score de classification (score AFS  = RAFS = ASRM) afin de définir les stades d’endométriose selon les lésions péritonéales, les lésions ovariennes, les adhérences sur ovaires/trompes, et l’oblitération du sac de Douglas.

Causes :
  • Antécédent de chirurgie gynécologique (césarienne, épisiotomie…), urinaire, digestive.
  • Facteurs hormonaux (ménopause)
  • Facteurs environnementaux : substances chimiques à effet perturbateur endocrinien : métaux, dioxydes, pesticides, bisphénol A, phtalates
  • Mode de vie : tabagisme, activité physique, travail de nuit, alimentation
  • Hormones sexuelles : prolifère en présence d’œstrogène et s’atrophie en présence d’androgène., Facteurs jouant sur hormones : âge, puberté, masse corporelle, contraceptifs poreux
  • Facteur génétique (Transmission in utero, jumeaux…)
  • Facteurs infectieux
  • Facteurs auto-immun
  • Personne ayant subie des abus, des violences et/ou maltraitances
Signes :

Règles douloureuses (crampes, coups de poignard…)

Saignements en dehors des règles (= métrorragie), rectorragie (sang dans les selles), règles prolongées et/ou abondantes

Douleurs pelviennes/gynécologiques intenses (du nombril au bas ventre)

Troubles digestifs (diarrhée, constipation, syndrome appendiculaire)

Troubles urinaires (brûlures, mictions fréquentes, sang dans les urines)

Douleurs lors de la défécation en période de règles

Douleurs lors des rapports sexuels (Dyspareunie)

Troubles de la fertilité (30% des cas)

Fatigue chronique intense

Douleurs lombaires de type lombalgie, sciatique, cruralgie…

Anémie

Présence d’endométriome (= un kyste dans la cavité utérine ou sur les ovaires) souvent retrouvé aux examens.

L’ENDOMETRIOSE : DES DOULEURS IMPOSANTES DANS VOTRE VIE

L’ENDOMETRIOSE : DES DOULEURS IMPOSANTES DANS VOTRE VIE

L’endométriose est une pathologie chronique qui entraine donc une fatigue continue, des douleurs souvent intenses et pouvant handicaper votre vie notamment lors d’effort physique.

Je remarque au cabinet que les femmes consultant dans le cadre d’endométriose, rejettent leur zone féminine (utérus, pubis, cycle menstruel), leur en veulent, se sentent comme victimes et subissent une diminution de leur confiance en elles et dans leurs vies professionnelles, personnelles et intimes.

Si nécessaire, pensez à en parlez à votre conjoint(e), à votre entourage, votre médecin, et bien sûr à votre ostéopathe !

LES TROUBLES DE LA FERTILITÉ EN CAS D’ENDOMÉTRIOSE

LES TROUBLES DE LA FERTILITÉ EN CAS D’ENDOMÉTRIOSE

30 à 50 % des femmes atteintes d’endométriose ont des problèmes de fertilité.

L’implantation de l’ovule fécondé dans l’endomètre lors de la nidation peut être plus difficile lors d’un cas endométriosique.

La femme enceinte ressent moins de douleur pendant la grossesse mais le risque de fausse couche est plus important. Les femmes ayant été enceintes ont moins de risque de récidiver par la suite.

Vous pouvez consulter mon article sur les troubles de fertilité.

PRISE EN CHARGE MÉDICALE

PRISE EN CHARGE MÉDICALE ET CONSEILS

Souvent réalisés en période menstruelle pour la recherche de nodule, il existe de nombreux examens pour l’endométriose :

  • Examen sanguin : Dosage sang CA125  (peu fiable).
  • Échographie pelvienne (en 1ère intention) : pour examiner les organes pelviens et rechercher des kystes ovariens ou d’endométriome.
  • Echographie endovaginale et IRM abdomino-pelvienne : permettent de détecter les kystes, nodules ou autres lésions lors d’endométriose.
  • Échographie endopelvienne avec une sonde endorectale (pour explorer la partie rectale).
  • Hystérographie ou Hystérosalpingographie (pour la recherche de potentielles malformations/déformations utérines ou des trompes – examen important lors de la question d’infertilité).
  • Coloscanner à l’air, coloscopie virtuelle : examens pour une exploration plus détaillée du rectum et du colon.
  • En dernier recours : Cœlioscopie via nombril (examen chirurgical) : pour l’analyse du tissu endométrial et un diagnostic plus complet notamment sur des lésions profondes.

 

Une fois votre endométriose diagnostiquée, votre médecin pourra vous proposer :

  • Une simple surveillance médicale si vous n’avez pas trop de douleur et pas de problème de fertilité.
  • Des traitements médicamenteux pour vous soulager : anti-inflammatoires, antispasmodiques, traitements hormonaux (pilule contraceptive…).
  • Un traitement chirurgical si celui-ci est vraiment « obligatoire ». La chirurgie permet d’enlever les lésions pour soulager vos douleurs, mais bien souvent ces lésions peuvent revenir des mois voire des années après. Il faut avoir une discussion avec un chirurgien expérimenté à ce sujet.
  • si l’endométriose revient trop vite ou les atteintes sont trop invasives ou les traitements inefficaces, votre chirurgien se portera vers une hystérectomie (subtotale, totale avec/sans salpingoovariectomie, radicale) mais rarement faite avant 36 ans.

 

C’est dans ce sens que l’ostéopathie a sa place dans la prise en charge de cette pathologie : la médecine traditionnelle étant rarement curative, le suivi ostéopathique peut permettre aux patients une réelle amélioration et une diminution de l’intensité des crises de douleur.

hand-love

UNE OSTEOPATHE SPECIALISEE EN DOULEURS PELVIENNES

L ’ostéopathie peut permettre de soulager les divers symptômes de l’endométriose (douleur, troubles digestifs, troubles de fertilité… ).

Mon traitement vise à relâcher les structures les plus touchées par l’endométriose (les rendant moins adaptatives par rapport aux structures environnantes).

Chaque patiente étant différente, chaque traitement le sera aussi.

Bien entendu, une seule séance ostéopathique ne sera pas suffisante sur cette pathologie chronique mais un suivi ostéopathie basé sur au moins 3 séances devrait vous apporter une amélioration de votre qualité de vie.

 

Lors de votre séance, mon protocole investiguera :

  • La sphère endocrinienne : l’endorphine sécrétée pendant la séance peut vous donner un soulagement;
  • La sphère viscérale : pour réduire les phénomènes de stases/congestion des organes;
  • La sphère gynécologique : redonner de la souplesse et de l’élasticité aux enveloppes des organes et à leurs attaches;
  • La sphère périnéale : toute tension au niveau des muscles du plancher pelvien entrainera une mise en tension des organes du petit bassin (vessie, utérus, rectum).
  • La sphère biomécanique : les tensions mécaniques et posturales au niveau du bassin, des lombaires, et de la zone abdomino-pelvienne. Si les structures impliquées sont déjà en tension avant que l’inflammation soit maximale, elle sera d’autant plus importante et les douleurs d’autant plus invalidantes.
  • La sphère vasculaire : optimiser et améliorer les échanges liquidiens pour oxygéner les tissus et réduire la stase vasculaire;
  • La sphère neurologique : normaliser l’information nerveuse et éviter toute irritation supplémentaire du système;
  • La sphère fascia :  traiter les éventuels points de fixations entrainant des restrictions de mobilité afin de restituer la mobilité et la circulation abdomino-pelvienne;
  • La sphère respiratoire : car les artères ovariennes prennent leur origine soit de l’aorte soit de l’artère rénale, soit juste en dessous du diaphragme (muscle de la respiration) ;
  • La sphère crânio-sacrée : travailler sur le système hypothalamo-hypophysaire et sur la dure-mère en lien avec le système neurovégétatif et avec le système hormonal.

 

Buts des séances :

  • Limiter les douleurs et gênes dues à l’endométriose;
  • Equilibrer votre bassin pour améliorer sa mobilité et ses fonctions;
  • Optimiser les échanges liquidiens et nerveux pelviens;
  • Libérer les adhérences et fibroses du péritoine et des organes;
  • Retrouver un cycle hormonal plus physiologique;
  • Restaurer l’équilibre de votre utérus en assouplissant les structures environnantes pour favoriser l’évacuation du flux menstruel.

Bon à savoir :

  • Je ne réalise aucune technique en interne car je suis uniquement ostéopathe.
  • J’ai suivi 2 formations : sur l’infertilité (homme et femme) et les troubles gynécologiques traités en Ostéopathie.
  • Je suis inscrite dans l’annuaire des Clés de Vénus comme praticien sur cette problématique, mais aussi pour d’autres douleurs pelvi-périnéales. 
  • Quand prendre rendez-vous ? : avant vos règles ou en période d’ovulation (avec imprégnation hormonale ostrogénique est optimale pour l’élasticité tissulaire) au maximum il faut éviter de faire le traitement ostéopathique juste après les règles (la collection de sang dans le péritoine peut être douloureuse et ne permettra pas un travail dans la détente).
  • Pensez à amener vos résultats d’imagerie ou des comptes-rendus médicaux : ils seront précieux pour votre ostéopathe !

PLURIDISCIPLINAIRE

PLURIDISCIPLINAIRE

L’endométriose, c’est un bouleversement entier de votre corps et sur plusieurs niveaux.
Il va de soit qu’il sera plus efficace de faire un suivi pluridisciplinaire afin de vous aider le plus efficacement, le plus globalement et le plus rapidement possible. Dans ce sens, je travaille sur l’endométriose avec :

Atonama B
Atonama B
2020-11-21
Avis vérifié
Manon Garioud m'a permis de me soulager de mes douleurs pelviennes dues à l endometriose en quelques séances. Spécialisé sur le sujet, elle utilise des méthodes douces et efficaces et apporte des conseils multiples pour soulager rapidement les douleurs.
Juliette H
Juliette H
2020-11-01
Avis vérifié
Alicia Lbd
Alicia Lbd
2020-10-12
Avis vérifié
je suis venue consulter pour un problème de mâchoire, je recommande vivement Manon Garioud, elle est très professionnelle, efficace et à l'écoute
Anne Darsau
Anne Darsau
2020-10-07
Avis vérifié
Un professionnalisme hors pair, une écoute incroyable, Mme Garioud est une excellente ostéopathe, d'un naturel rassurant, d'une extrême douceur, allez y les yeux fermés ! Je recommande au delà des 5 étoiles !
Melouka Melouk
Melouka Melouk
2020-10-07
Avis vérifié
Très bonne professionnelle. Je la recommande chaudement. Pédagogue, efficace et sympa. J'ai suivi ses conseils pour le quotidien et je constate de vrais améliorations.
Clémence De Freitas
Clémence De Freitas
2020-09-22
Avis vérifié
Après avoir fais plusieurs osteopathe elle est de loin la meilleure de toute très gentille et prend le temps necessaire , je souffrais énormément de la mâchoire depuis 10 ans , en 2 séances les résultats sont surprenants, je la recommande vivement.
Cec N
Cec N
2020-09-22
Avis vérifié
Excellente adresse !! Des soins spécifiques dans des spécialités rares dans la profession, bref, des mains en or et en prime des conseils pour le quotidien ! Toujours à l'heure, cette thérapeute assure en plus le suivi de consultation par mail avec rappel des conseils et exercices utiles pour continuer de progresser à la maison.... Je recommande !!
Camille Simaniva
Camille Simaniva
2020-09-06
Avis vérifié
Manon Garioud est la première personne à avoir su déceler certains dysfonctionnements qui me causait des douleurs pelviennes chroniques avec pollakiurie depuis 3 ans. Sans porter aucun jugement elle a su prendre le temps de m’écouter et de m’expliquer chaque points que nous allions travailler. Grâce à toutes ses compétences j’arrive enfin pour la première fois à retrouver une << vie normale>>. C’est une véritable professionnelle.
Maëlle Massimo
Maëlle Massimo
2020-08-24
Avis vérifié
Je consulte Manon depuis plusieurs années et à chaque fois le même bien-être en sortant de la séance et ceci pendant plusieurs semaines ensuite
Réjane Gaonac'h
Réjane Gaonac'h
2020-08-18
Avis vérifié

RÉFÉRENCES DE L'ARTICLE

AUTRES ARTICLES

AUTRES ARTICLES

MES 14 CONSEILS POUR MIEUX VIVRE LA MENOPAUSE
COMMENT MIEUX VIVRE SA MENOPAUSE AVEC L’OSTEOPATHIE ?
MES 9 CONSEILS LORS DE TROUBLES DE FERTILITE
MES 16 CONSEILS EN CAS DE VULVODYNIE, VESTIBULODYNIE, VAGINISME ET DYSPAREUNIE
COCCYGODYNIE, DOULEUR AU COCCYX, QUE FAIT MON OSTEOPATHE POUR M’AIDER ?
RAPPORTS SEXUELS DOULOUREUX : QUE FAIT L’OSTEOPATHIE LORS DE DYSPAREUNIES ?

MES 14 CONSEILS POUR VOS ACOUPHENES

Manon Garioud

0

Retrouvez une liste de conseils pour vous aider à prendre en charge vos acouphènes.

Médical

Il est primordial que vous consultiez votre médecin généraliste et/ou un médecin ORL afin d’établir un diagnostic, un suivi et des examens si besoin.

L'ostéopathie

Plus tôt vos acouphènes somato-sensoriels seront pris en charge par votre ostéopathe, plus l’efficacité du traitement et la disparition des symptômes seront concluantes.

Association

France Acouphène peut vous accompagner, vous aider à trouver des spécialistes ou partager votre vécu via le forum.

Ne pas exposer vos oreilles

Evitez tout traumatisme pour vos oreilles (concerts, écouteurs, téléphones en permanence…).

Tout bruit au-delà de 80dB (c’est à dire l’intensité sonore d’un sèche-cheveux en marche) est traumatisant pour l’oreille, donc les cellules ne se réparent pas. Protégez vos oreilles à l’aide de filtres fréquentiels ou de boule-quiès.

Musique

Trop de bruit vous fatigue. Le silence vous déstabilise et met en avant vos acouphènes.

Les techniques de masking peuvent aider : mettez un fond sonore de faible intensité dans votre vie quotidienne (radio basse par exemple).

Stress -> Zen attitude

Le stress peut augmenter les tensions internes de votre corps et accentuer les acouphènes.

Yoga, sophrologie, méditation, cohérence cardiaque, sport, activité créatrice : les activités vous permettront d’évacuer vos émotions et vous faire oublier vos acouphènes.

Acouphènes et humeur

Parce que vous seul(e) entendez ces bruits, les acouphènes peuvent facilement isoler les personnes. Mélancolie, dépression, impression de ne pas être compris(e), il vous faut être accompagné(e) par des psychologues si ce sentiment d’isolation s’accentue.

Hygiène de vos oreilles

N’exposez pas de manière fréquente vos oreilles (eau, douche, bain, piscine, coton-tige…) car vous risquez d’irriter ou abimer vos oreilles internes.

Préférez les solutions de lavage prévues à cet effet.

Mâchoire, cervicales, ORL

Détendez votre mâchoire et votre cou avec des exercices simples d’ouverture et fermeture douces de mâchoire, le matin et le soir. Ceci permettra d’améliorer la mobilité et enlever les tensions locales. Un petit appareil appelé « Appareil head balance » (80 euros à l’achat) pourrait aider les patients ayant des acouphènes en lien avec la mâchoire. Il aurait un effet sur le voile du palais, les acouphènes, les troubles occlusodontiques, le bruxisme,  les migraines, la névralgie faciale, en musclant la mâchoire et votre visage.

Alimentation : à privilégier

Le but est de stimuler la circulation sanguine.

Consommez : les poissons riches en oméga 3 (sardine), l’ail, l’oignon, l’huile d’olive, les aliments riches en zinc (huître, foie de veau…).

Buvez des tisanes d’aubépine pour faciliter votre sommeil et baisser votre anxiété.

Alimentation : à éviter

Evitez les matières grasses, les viandes grasses, les produits industriels riches en sel et sucre, le sel.

Attention aux excitants (alcool, café, thé, sodas…) qui peuvent accélérer votre rythme cardiaque, augmenter les sensations de battements dans votre tête et les risques cardio-vasculaires

Astuce

Si vos acouphènes sont liés à une pathologie infectieuse : mettez du jus d’oignon pressé sur un coton et déposez le dans votre conduit auditif (sans le pousser trop loin) une fois par jour, jusqu’amélioration des acouphènes.

Phytothérapie *

Certaines plantes pourraient aider pour les acouphènes : le jujubier, le pachyme, l’atractylode, le plantain, l’acore, le melon d’eau ou le gingembre (propriétés énergétiques).

L’huile essentielle de petit grain de bigarade en application sur poignet permet de vous calmer.

En massage autour de l’oreille, utilisez une huile végétale neutre avec quelques gouttes de patchouli ou basilic exotique. D’autres huiles essentielles pour les acouphènes : hélichryse italienne, de basilic, de cyprès vert, la lavande et le thym.

Homéopathie*

              Phosphorus 9 CH en cas d’hypersensibilité et hyperacousie.

              Gelsemium 9 CH ou Arnica 15 CH, suite à une peur, un choc, une émotion, un deuil.

              Chininum sulfuricum 9 CH, pour des acouphènes avec des douleurs cervico-dorsales.

*Pour toute supplémentation en compléments alimentaires ou phytothérapie naturelle, il est impératif de prendre conseil auprès d’un expert (naturopathe, pharmacien, homéopathe) pour prévenir toute réaction allergique, tout effet indésirable et avoir une posologie adaptée à votre problème.

Pluridisciplinaire :

Pour assurer une prise en charge complète et efficace des acouphènes de mes patients, je travaille main dans la main avec :

  • L’acupunctrice Dr Géraldine DANTIN-GAIRARD L’acupuncture peut aider en cas d’acouphènes par un travail sur les méridiens via l’énergie du rein ou du foie ou de la rate; afin d’améliorer la circulation de l’énergie des organes et optimiser les méridiens se rapportant à l’oreille. Cette pratique saura d’autant plus efficace si les acouphènes sont en lien avec des bouleversements émotionnels, des chocs psychologiques ou du stress.
  • La naturopathe  Christine HUSTACHE
  • Le praticien Hypnose Ericksonienne et thérapie PNL Kévin POULETTE. Les thérapies cognitive et comportementale permettent aux personnes acouphéniques de mieux vivre avec les acouphènes par des techniques de relaxation.
  • La sophrologue Claire CANIVENQ
  • La psychologue Marion SAUNIER
error: Content is protected !!

Dr Géraldine Dantin-Gairard

Acupunctrice

Ostéopathie et Acupuncture, une alliance efficace

Nos deux professions se complètent par sa vision globale de la personne. Nous établissons ensemble un traitement multidisciplinaire spécifique à la problématique de notre patient pour l’aider selon différents niveaux (physique, émotionnel, tissulaire…). 

L’acupuncteur regardera les endroits clés énergétiques du corps et l’ostéopathe s’occupera plus de la mécanique (dit « somatique »).

Nous travaillons main dans la main sur : 

  • Les douleurs aigues et chroniques, 
  • Les douleurs vives et/ou inexpliquées ;
  • Les troubles respiratoires et ORL ;
  • Les troubles de fertilité chez l’homme et la femme ;
  • Les troubles digestifs, urinaires et gynécologiques ;
  • Les troubles anxiodépressifs, le stress, le burn-out, la dépression et les troubles émotionnels…

Pour obtenir des résultats plus durables ou complets l’acupuncteur référera le patient chez l’ostéopathe, et inversement ou les deux approches seront envisagées dans le même temps pour optimiser la récupération du patient.

N’attendez plus pour aller mieux !

Liens  : 


« L'acupuncture - une médecine ancestrale au service de notre santé »


« C'est pas sorcier - Ostéopathie, acupuncture : comment ça marche ? »


Prendre rendez-vous

CHRISTINE HUSTACHE

NATUROPATHE

Je travaille depuis plus d’un an et demi avec Christine HUSTACHE, naturopathe. 

Pourquoi ? Parce ce que l’ostéopathie et la naturopathie sont deux thérapies 100% complémentaires par leur vision holistique du patient ! Mieux encore, la naturopathie peut intervenir là où se trouvent les limites de l’ostéopathie et inversement!

La Naturopathie et ses bienfaits…

La naturopathie connait un essor ces dernières années.  Tout comme l’ostéopathie, la naturopathie prend en considération tous les aspects de la personne replacée dans son environnement et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur sa cause et même la cause de la cause !

Médecine avant tout préventive, la naturopathie vise à maintenir et/ou rétablir la santé par des moyens naturels grâce à 3 piliers majeurs :  la nutrition, l’exercice physique et la gestion des émotions.

Lors d’une séance naturopathique, Christine établit un bilan révélant votre niveau de vitalité, vos surcharges/carences, vos déséquilibres. Puis, elle vous donnera des conseils qui VOUS seront adaptés, afin de rétablir et renforcer vos capacités d’auto-guérison et vous ramener vers un bien-être total. 

Une équipe à vos côtés :

Nos deux professions permettent de prendre en charge, autant du point de vue de «l’extérieur » (ostéopathie) que de « l’intérieur »(naturopathie) les altérations et indications suivantes :

  • L’accompagnement de la grossesse, le post partum, visite périnatale du nourrisson,
  • L’accompagnement d’états dépressifs, le stress, l’anxiété, certains troubles du sommeil et de l’attention…
  • Troubles vasculaires : hémorroïdes, congestion veineuse, œdèmes, jambes lourdes…
  • Troubles digestifs : dysbiose intestinale, constipation, diarrhée, ballonnement, RGO, troubles hépato-biliaires, candidose…
  • Troubles gynéco-urinaires : cystites, troubles de fertilité, l’énurésie, douleurs de cycles, ménopause, andropause, trouble érectile, endométriose …
  • Douleurs pelvi-périnéales : névralgie pudendale, névralgie clunéale, syndrome myofascial du périnée/bassin, douleur de rapport sexuel, vaginisme…
  • Troubles respiratoire et ORL : asthme, allergies, rhinites, sinusites, vertiges, migraines, céphalée, acouphène, douleur de mâchoire…
  • Le suivi sportif : optimisation des entrainements, compétitions, récupérations, stratégie alimentaire 
  • La prévention : la possibilité du bien vieillir et du « mieux » être de manière générale.

Autres actions de la naturopathie : 

• Le sevrage tabagique, désordres et intolérances alimentaires, prise en charge obésité

• Les déséquilibres hormonaux, syndrome de fatigue chronique, gestion du sommeil,

• La réflexologie plantaire, drainage lymphatique bien être, massage « DETOX »


Lien vers son site


Prendre rendez-vous

KEVIN POULETTE

PRATICIEN EN HYPNOSE ET PNL

Depuis 2019, je travaille en équipe avec Kévin Poulette, diplômé d'une licence en psychologie et certifié en hypnose Ericksonnienne et en PNL de l’école Psynapse. Installé dans un cabinet à Montsevroux et se déplaçant sur tout Le Grand Lyon depuis le 1er avril 2017, Kévin Poulette est spécialisé dans l'accompagnement par l'hypnose et la PNL

  • L’hypnose Ericksonienne est une technique qui vous accompagne pour l’accomplissement d’objectifs personnels.
  • La PNL (Programation Neuro-Linguistique), quant à elle, est une technique d’approche qui aide les personnes à atteindre leurs objectifs. La PNL vient donc en complément. Quand l’hypnose s’adresse à l' inconscience, la PNL vous fait travailler de manière consciente.

Les 2 méthodes sont cependant plus que complémentaires. En effet, elles peuvent être abordées de manière indépendante l’une de l’autre, puisqu’elles possèdent toutes deux leur propre efficacité. Cependant, ils ne seront que plus efficaces en coopération avec d'autres outils thérapeutiques tels que l'ostéopathie, la sophrologie etc.

Quels sont les objectifs que l'hypnose et la PNL peuvent vous permettre d'accomplir :

  • gestion des émotions
  • arrêt du tabac
  • deuil
  • gain de confiance en soi
  • angoisse et anxiété
  • phobies
  • et beaucoup d'autres

Lien vers son site